Blogue

La chance qu'on a.

  • De Pauline-Gervaise Grégoire
  • 1 commentaire

La chance qu'on a.

Parce que c'est souvent tenu pour acquis.  La chance qu'on a...

D'être nés sur une île paisible où les saisons se suivent sans catastrophes, sans batailles.

On a la chance:

  • de surfer sans avoir peur des requins (presque);
  • de marcher en "forêt" sans craindre un ours ou un psychopathe;
  • de perdre sa montre et de la retrouver par l'entremise de la radio locale;
  • de se baigner la bouche ouverte sans crainte d'avaler un sac de plastique;
  • de pouvoirs faire soigner nos bobos à l'hôpital;
  • de circuler sur des routes panoramiques... tous les jours;
  • de déambuler sur la plage, sans soldats armés, et parfois même, nus!!!;
  • de recevoir des sous lorsqu'il n'y a pas de travail...

Du coup, cette chance ou l'oublie parfois.

Et à défaut de psychopathes sur le bord des chemins, on trouve ça.

Dans toute belle chose, il y a un revers. Un coté pervers du fait d'être gâté par la vie.

Une lassitude, un aveuglement, une culture pantouflarde et protectionniste.

Les Iles représentent pourtant pour plusieurs, un lieu idyllique aux possibilités infinies. Elles suscitent l'envie. On souhaite s'y installer pour bâtir sa vie, bâtir un rêve, un projet, quelque chose qui nous fait vibrer. Et avec raison! Il y a un tel potentiel.

Et ce souffle de changement, ce bouillonnement créateur... on le sent.

Comme l'odeur irrésistible de poutine devant le Decker Boy.

Alors surtout, ne regardons pas passer ce vent d'opportunité, comme on regarde ennuyeusement passer une rafale d'hiver. Attrapons la vague avant qu'elle nous dépasse, valorisons les idées, l'audace, le travail qui rend fier.

Valorisons l'honnêteté, l'équité, le travail d'équipe qui motive et qui nous pousse à être de meilleures personnes, gouvernées par des valeurs et des principes justes. Le changement au détriment des vieilles habitudes un peu trop faciles.

Nous avons la liberté et la chance de nous épanouir avec droiture comme petite société.

Sortons de nos pantoufles.

Soyons fiers de ce que nous sommes et de pouvoir dire que nous sommes dignes... de la chance qu'on a, d'être nés ici plutôt qu'ailleurs.

 

 

 

Partager
Ancien commentaire Nouveau commentaire